Les voyageurs exilés

Je viens de lire Entre selle et terre, 3 ans à vélo en Afrique et en Asie, de Claude Marthaler. J’ai noté cet extrait :

A 50 ans, Ruth a quitté l’Allemagne […] Elle voulait tout simplement changer de vie. Mais le voyage soulève bien plus de questions et de poussière qu’il n’apporte de réponses, car l’on voyage toujours à bord de soi-même.

C’est un peu la réflexion que je m’étais faite en croisant certains cyclos, partis sans billet retour : mettre le maximum de distance en soi et ses problèmes, laissés en France, n’empêche pas de les retrouver à son retour.

Comme l’écrivit Georges Moore : « un homme voyage à travers le monde à la recherche de l’essentiel, et retournera chez lui pour le trouver ».

D’où que l’on soit parti, on n’arrache pas ses racines…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s