Nicole, marcheuse invétérée

On a rencontré Nicole entre Loja et Cuenca. Tout le mois de juillet sans pédaler, on avait un peu perdu les jambes, et ça montait raide… On se remettait également d’un marathon de 36h de bus pour rejoindre l’Equateur depuis Huaraz : un jour et deux nuits bringueballés sur de mauvaises pistes jusqu’à Loja. Nicole passait sur la route alors que nous déjeunions dans l’herbe. C’était la première touriste que nous voyions depuis notre entrée en Équateur. Lire la suite

Tocclaraju

Oui, je sais, imprononçable. Nous-mêmes, après 5 jours passés à son pied, on a encore du mal 🙂

Mais avant celui-ci, on a gravit l’Ishinca, 5500m, le lendemain même de notre arrivée au camp de base. Levés à 2h, départ à 3h du matin. Mais il faut dire que nous n’étions pas bien fatigués : la veille, quatre heures pour rallier le camp de base, en gambadant avec un sac ridicule pendant que deux mules portaient notre matos et celui de Carlos, notre guide. De la rigolade après le tour de Huayhuash ! Lire la suite

Trekking autour du massif du Huayhuash

10 Jours… C’est le temps qu’il nous aura fallu pour faire le tour de ce massif de la Cordillère Blanche. C’est aussi ce qu’il nous aura fallu pour retenir la prononciation du mot ! (« ouais, on part faire le tour du wawach' »)

Au programme : 9 jours de marche, entre 5 et 10 heure par jours, à une altitude située entre 4000 et 5000 mètres pour le passage des cols. Une vue sur des sommets de plus de 6000 mètres, des glaciers turbulents qui crachent régulièrement des séracs, des lacs glaciaires…

Par contre cette fois la météo n’était pas de notre côté, à cause de la pleine lune parait-il. Grêle, pluie, neige… Lire la suite

Au coeur du Pérou en grève générale

A la télévision, le journal de 19h ne parle que du paro, la grève. Dans le nord, sur la côte, dans le centre, dans la région de Cusco… partout des routes bloquées et des campesinos en colère. On en a vu pas mal aujourd’hui, mais on ne savait pas que tout le pays était touché à ce point. Et on est en plein dans la gueule du loup : Andahuaylas, l’épicentre du paro, où nous apprenons que le premier ministre vient demain négocier avec les grévistes ! Lire la suite

Visiter le Machu Picchu en évitant le racket institutionnalisé

Autrement dit, sans payer les 100 dollars du train qui relie Cusco à Agua Calientes, au pied du Machu Picchu… En tout cas, voici quelques bons plans pour visiter le Machu Picchu pour pas cher, en trois jours.

  1. Se rendre au terminal de bus Quillabamba (quartier Santiago), et prendre le bus qui va à Quillabamba. Départs à 6h30, 8h15, 10h30 et 13h00. Attention, ce sont des horaires péruviennes, le départ peut glisser d’une heure… Compter environ 5 heures de bus jusqu’à Santa Maria (route montagneuse superbe) où vous descendez. Prix à négocier : environ 15 soles.
    (Note : notre bus est parti à 9h00, et nous sommes arrivés de nuit à Agua Calientes.)
  2. Lire la suite

Blagues boliviennes

Maintenant qu’on est entré au Pérou, je peux me permettre… 🙂

Voleurs de poules

La blague qui nous a le moins fait rire…

Comedor du lac Titicaca : truite, truite et truite :-)

On déjeune dans un comedor (truite, riz et patates). On en a pour 30 bolivianos, je paye avec un billet de 100. On est en train de digérer sur un banc quand 10 minutes plus tard, la femme qui tient le comedor vient nous voir : elle a perdu le billet de 100, elle se demande si on ne l’a pas repris… Porte-monnaie ouvert à l’appui, on lui démontre que non, nous ne sommes pas des voleurs. Lire la suite

Coca, evo-lution et propagande

Autant le maté était l’institution en Argentine, autant ici, c’est la feuille de coca. Oui, celle qu’on utilise pour faire de la cocaïne… La culture et la consommation des feuilles sont parfaitement légales en Bolivie. Evo Morales, le président bolivien, a repris à son compte le slogan « coca si, cocaïne no ».

Tous les gens qui travaillent dehors prennent de la coca: On met 10 à 15 feuilles dans la bouche, on les cale dans un coin, ce qui vous fait une joue de castor, et on laisse la salive drainer les vertus énergisantes, coupe faim, coupe froid et coupe douleur, pendant des heures. Combien d’ouvriers, d’agriculteurs, de militaires, d’artisans… avons nous croisé avec cette boule caractéristique derrière la joue ! Lire la suite

A chacun son tour

Il faut dire que Marie, elle, l’avait bien cherché. En même temps, c’était difficile de refuser ce verre de chicha cochabambina offert par les villageois pendant que j’achetais des bananes. Deux gorgées de cette fermentation de maïs et 4 heures de digestion ont suffit à nous faire monter dans un bus, pour couvrir les 200km qui nous séparaient de La Paz.

J’apprends en m’amusant

Remarquez, ça nous a permis de découvrir d’autres facettes de la Bolivie : un petit séjour forcé (en attendant le bus) dans le charmant village de Caracollo, sorte de station service géante pour les routiers qui traversent l’altiplano, au repos dans un coquet alojamiento sans douches ni chasse d’eau… Je plaisante, mais comme ça au moins on aura testé les bus boliviens, qui ont des soutes tellement grandes que j’y ai logé mon vélo debout avec ses sacoches en place ! Lire la suite