De la désagréable impression d’être un aborigène

On est en train de descendre vers Laguna Colorada. Le 4×4 me double et s’arrête 5 mètres après moi. Le tronc d’un touriste sort par la fenêtre, brandissant un appareil photo. Pas un signe d’encouragement, pas un mot pour demander si tout va bien : il m’a juste pris en photo, et le 4×4 a redémarré.

De nouveau, à l’Arbol de Piedra. On pic-nique tranquillement, seuls au monde. Un tour-operator débarque avec une dizaine de touristes, et une fille nous prend tranquillement en photo, à 10 mètres, sans même nous faire un sourire.

Pour plaisanter avec Marie, on a imaginé l’argumentaire commercial des tour-operators qui vendent le sud Lipez : « alors on passera par Laguna Verde, puis vous verrez les flamands roses à Laguna Colorada, l’Arbol de Piedra, et avec un peu de chance, on verra des cyclo-touristes » 🙂

Il y en a eu d’autres qui sont venus nous voir, qui ont discuté 5 minutes. Certains nous ont même offert a boire. Puis ils ont pris une photo, eux aussi. Je n’ai aucun problème avec ça : prendre quelqu’un en photo, c’est d’abord échanger avec lui.

Publicités